La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Le fort de Bron

Le fort de Bron a été construit entre 1875 et 1877 au Sud-Est de la ville de Lyon, en avant d’un mur d’enceinte qui protège la ville. Le fort est situé à l’extrémité Est du plateau de Bron, à une altitude de 219m. Il surveille la route de Chambéry ainsi qu’une voie ferré passant à proximité. A l’époque de sa construction il constitue le 1er obstacle sur la route de Lyon pour une armée assaillante arrivant de l’Est. Au Nord la batterie de Lessignas et au Sud celle de Parilly renforcent la position.

Le fort aura couté la somme de 3 074 518 francs-ors pour un effectif total de 841 hommes.

Le fort possède 8 casemates à tir indirect, situées en arrière du cavalier d’artillerie situé sur le casernement de troupe et sur les flancs.

Une galerie enveloppe relie le tout en dessous avec aux extrémités de la galerie un magasin à poudre de capacité 70 tonnes chacun.

Mais rapidement, avec les modernisations de l’artillerie, d’autres forts sont construits au-delà du fort de Bron, tels Saint-Priest 1887, Genas 1889 où encore Meyzieu 1893.

Le fort de Bron est donc déclassé en seconde ligne et en partie désarmé. Il sert de centre logistique et de stockage.

Le fort accueille jusqu’à près de 500 tonnes de matières explosives (poudres, gargousses) et divers matériels, vivres etc…

Une petite garnison assure la surveillance et la maintenance du lieu, qui voit passer quelques troupes occasionnellement.

Lorsque la guerre éclate, la stabilisation du front bien plus au Nord-Est fait que Lyon est déclassé comme place forte. Mais depuis 1912 un aérodrome existe à proximité du fort.

Logiquement les casernements sont utilisés pour loger les troupes militaires aériennes. En septembre 1914 le 2eme groupe d’aviation qui était basé près de Reims vient s’installer à Bron, et les locaux accueillent des élèves pilotes et mécaniciens.

Après la fin de la guerre le fort reste lié au terrain d’aviation, et pour y accéder il faut passer par le fort.Plan du fort (panneau extérieur Association du fort de Bron)Plan du fort (panneau extérieur Association du fort de Bron)

Lorsque la seconde guerre mondiale arrive, l’Etat-Major est installé au fort. De nombreuses batteries anti aériennes sont installées tout autour pour protéger l’aérodrome et de nombreux sites industriels.

En novembre 1942 les allemands arrivent et s’installent évidemment au fort et occupent la base aérienne.

Le fort est à nouveau français le 2 septembre 1944, et les locaux sont à nouveau utilisés, notamment les geôles qui auraient accueillies des prisonniers jusqu’en 1946.

Le fort reste militaire jusqu’en 1963 date de son déclassement définitif.

En 1975 le fort est racheté par la Communauté Urbaine de Lyon (Courly)  pour la construction de réservoirs d’eau. Les terres du casernement de la troupe sont décapées et un immense caisson bétonné contenant 40 000 m3 d’eau est installé par-dessus le casernement en s’appuyant sur ses structures mêmes. Solide le Séré de Rivières !

Mais par la suite un projet de comblement des fossés par divers remblais et déchets. Il faut plusieurs années d’efforts de politiques et associations locales pour que ce projet soit abandonné.

Il se passe encore quelques années jusqu’en 1982 qui voit en mars la création de « l’association du fort de Bron » puis en octobre1983 l’inauguration du parcours de santé autour du fort.

L’association se met en route, défrichant, nettoyant, restaurant, sécurisant le fort, et surtout le fait vivre.

Spectacles, expositions, manifestation diverses permettent une fréquentation importante du site.

Les locaux accueillent également un musée de l’aviation.

Le fort est ouvert au public, et une visite s’impose ! Plus d’infos ici : http://www.fort-de-bron.org/

 

(Sources IFF et site internet du fort de Bron)

Le fort de Bron en images